vendredi 18 décembre 2009

Blaireau 2

Encore de retour au Blaireau, Hervé n'étant pas là et n'ayant pas non plus de pic-nic l' objectif ne peut être que proche de Lourdes. Une équipe au blaireau 1 et l'autre au 2 et moi je navigue entre les deux. Les jeunes s' habituent de plus en plus au lieu. Les araignées et le blaireau ne nous impressionnent plus. Le travail avance bien dans blaireau 2 nous pouvons commencer à apercevoir la suite de la galerie de droite, plus étroite mais certainement un amont...Comme nous allons venir régulièrement la cavité risque fort d'évoluer et de nous réserver de bonnes surprises... Comme c'est la fin du trimestre le groupe risque de changer, pincement au coeur et tristesse des jeunes qui accrochent comme Réda, Alex et Christophe...


Miguel

dimanche 13 décembre 2009

COMPTE RENDU AG 2009


Nous avons remplie les licences spéléologie.
Ce qui fût dommage c’est que nous ayons été qu’ une quinzaine sur 32 membres du club des aquaterrestres de Lavedan.
Ensuite nous avons mangé de la garbure, de la salade de gésiers et des gâteaux cela fût très bons merci les cuistots.
Miguel m’a obligé à faire la vaisselle avec un copain ami qui été présent a l’AG 2009.
Christophe M

mercredi 9 décembre 2009

Gouffre Laspapoulosmose à La Coume

Avec Simon, nous sommes une fois de plus partis à la Coume cette fois pour le Laspapoulosmose!!

On a suivi le descriptif du CDS et on n'a pas trouvé le trou avec! Donc retour au Duplessis d'où on a tiré un azimut 302°, direct dans la pente. Le trou s'ouvre à coté des petites falaises qui se trouve au dessus du vallon de la Coume Aouère. L'entrée est constitué d'un P13 assez étroit au début (1 AN sur racine, 1 spît et un AN plus deux déviations sur spit). Au pied du puits, passage étroit pour trouver le second puits. Globalement, trou assez étroit avec des sorties de puits étroites et assez sale à cause du Moonmilch qui recouvre les parois. On a jonctioné avec le Duplessis au niveau de l'escalade de 10m qui est équipé en fixe à la base du P90 et on a fait demi tour. On peut donc faire une petite traversée duplessis – Laspapoulosmose. Le coté Duplessis ira tout de même beaucoup plus vite.


Laurent


TPST: 5h30.

Pas de neige, étiage.

vendredi 20 novembre 2009

Nous voilà en route pour Capbis, petit cadeau que je fais aux jeunes de l’ITEP. Nous arrivons sur place, les jeunes sont un peu inquiet car je leur et fait emmener des changes complet. Nous nous garons à côté de la résurgence. Je leur fait croire que ceci est l’entrée, les jeunes commencent à blêmir en voyant le niveau de l’eau… Nous arrivons à la baignoire je prépare l’appareil pour faire un petit film qui risque d’être drôle. En effet les jeunes crient, l’eau est froide jusqu’aux aisselles. Ensuite rapidement nous somme à la rivière calcifiée. Petite balade merveilleuse au milieu cristallin qui nous enchante. Au retour je leur fais faire une boucle histoire de se remettre dans l’eau. Pour rire même si cela n’est pas professionnel je leur fais croire que l’eau monte. Comme ils ne sont pas passés par là ils le croiront forcément. Encore un bon film en perspective.

dimanche 15 novembre 2009

ESCB : la salle de la Verna






Le dimanche 15 Novembre 2009 restera gravé dans la mémoire de l'Ecole de Spéléo... Nous sommes enfin allés rendre visite à dame la Verna, qui nous a patiemment attendu, depuis tout ce temps...

Il y a longtemps qu'elle était programmée cette sortie, mais elle était toujours annulée à cause des intempéries. Et bien enfin, nous avons réussi à la faire cette fameuse sortie dans la plus grande salle souterraine d'Europe. Et quel succès, Une trentaine de personnes, dont dix enfants, ont répondu présents à l'appel de la Verna.

Le rendez vous était fixé à 12h sur la place de l'église de Saint Engrâce, l'occasion de nous retrouver, et de picniquer ensemble. Ensuite il a fallu mettre en place le covoiturage, finalement, cela ne s'est pas trop mal passé. Arrivé sur le parking après 20 minutes de piste, tout le monde s'est équipé. Au moment de prendre le tunnel EDF, Jeff Godart sortait avec un groupe de Géologues, quel timing parfait...

Et c'est parti pour 660m de tunnel pour déboucher dans la salle, et tout cela dans le noir, avec pour seuls éclairages nos lampes éléctriques... Jean Luc était resté à l'interupteur pour éclairer la salle une fois le groupe en place, à attendre dans le noir... Et par magie, la salle s'éclaira... Quel spectacle fantastique de pouvoir apprécier un si gros volume, avec le bruit de la rivière en contrebas... Nous divisons le groupe en deux, les enfants, pour un petit tour jusqu'au barrage, et les adultes, en bas de la salle vers la plage des galets...

Au retour, nous nous arrêtons devant le réseau Arphidia, pour sentir le courant d'air, puis nous ressortons avec les enfants, tandis que les adultes montent à leur tour vers le barrage, pour ressortir un peu plus tard...

Dehors, c'est l'heure du goûté, tout le monde semble avoir été conquis par la Verna... La prochaine fois, nous remonterons vers les grandes salles, et une autre fois, nous irons visiter la galerie Aranzadi... C'est promis...

FiFyE

Petit poème d'Astrid:

Dans une montagne rouge, il y a une porte.
Dans cet porte, il y a un couloir.
Dans ce couloir, il y a un courant d'air.
Dans ce courant d'air, il n'y a rien.
Du fond du couloir, il fait noir.
On entend une rivière qui s'écoule non loin de là...
Le projecteur s'alume!
Et voilà! La salle La verna!

Astrid


Les Photos:


vendredi 13 novembre 2009

Exercice Secours CDS 64

Cette semaine a eu lieu un stage Equipier/Chef d'Equipe en même temps qu'un stage Conseiller Technique en Pyrénées Atlantiques. Ce stage se finissait par un barnum sous forme d'un exercice secours dans le réseau Arphidia IV. La victime est dans la salle Byzance. Nous sommes 4 du CDSC 65 a participer , Jean Luc L., Gael, Nico T. et moi...

Jean Luc et moi faisons parti des premières équipes, nous posons le téléphone filaire jusqu'à la victime, puis donnons un coup de main aux équipes d'évacuations... Nico et Gael font parti d'autres équipes d'évacuations. Le secours est déclenché à 15h le vendredi, et la victime sort le samedi vers 10h.

Une petite session de 12h sous terre, en passant par le trou du robinet... ça fait du bien...

On enchainera le samedi aprem par la Verna et le souffleur d'Ehujare, après 2h de demi sommeil...

samedi 7 novembre 2009

Gouffre de Genat en Ariège

Avec Camille, un pote de montagne qui nous a accompagné au gouffre du Berger, nous partons pour le gouffre Génat qu'il avait déjà voulu faire mais qu'il avait trouvé équipé en arrivant...

Départ matinal, on arrive en voiture après 1h de route devant le trou à 9h. On sort les affaires, Camille a oublié sa combi, il pleut, le trou va être mouillé. Demi tour, on va chercher sa combi chez lui et on revient à Génat, village au dessus de Tarascon. 3H de route pour un trou à 1h!

Cette fois, c'est la bonne. On se gare donc à coté du trou, presque même au dessus du trou! En fait, sur l'unique route du village, on trouve une bouche d'égout, c'est l'entrée du trou! A l'aide de deux pieds de biche, on soulève la plaque qui pèse très lourd, on sort une barrière pliante qu'il y a dans le trou pour en protéger l'accès. On accroche la corde à la boule de la voiture et on rentre! Petit puits d'entrée de 7m incliné et étroit nous amène dans une salle où il faut prendre de suite à droite un passage bas qui nous conduit au dessus d'un toboggan de 13m au pied duquel il faut faire une petite escalade équipé de 3m pour trouver aussitôt un puits de 29m qui précède un P34 qu'on a fractionné. Suit un méandre où coule un actif avec 3 ressauts dont un qu'on n'équipe pas. Suit le P40 avec une dév sur AN et un frac sur AN pour s'éloigner de l'eau car ça coule quand même pas mal. Il fait un temps de chiotte dehors... Très vite, on arrive au siphon et on remonte...

Très belle grotte avec un calcaire très propre, des très beaux puits qui s'enchaînent, aucun passage chiant et sans aucune marche d'approche... et pas de nettoyage de matos à faire étant donné que c'était quand même pas mal arrosé et propre, le grand luxe!


Laurent

vendredi 6 novembre 2009

Gouffre Jean Denis à La Coume

Avec Simon, on est parti faire le Jean Denis sur La Coume Ouarnède. Départ assez tôt car il faut être rentré à Montesquieu pour 18h, crèche oblige... 1h de route, ½ heure d'approche. Le trou se trouve pas trop loin du Barnache, on le trouve facilement à 9h. La description du topo de CDS31 est très bonne. Le coin est bien humide.

L'entrée du trou est modeste. Après l'entrée, la suite est bien étroite encore, heureusement le courant d'air est là pour nous aider...

Plusieurs puits, un méandre, une étroiture, « tire moi la tête », une petite escalade pour accéder à une fenêtre qui donne accès au puit Abraham Ibdili (22 m). Les puits deviennent plus grand, c'est pas mal.

Arrivés au pied du puits Les salauds du temps libre, on fait demi tour, le méandre qui suit nous disant rien... et on a un créneau horaire imposé. L'étroiture remontante cette fois de « tire moi la tête » porte bien son nom...

On sort à l'heure, nickel, le matos bien crade...

topo sur le site du CDS31: http://lacoume.free.fr/Htm/Grottes/Jeandenis.htm

C'est globalement un trou assez étroit qui s'agrandit par la suite...


Laurent

vendredi 30 octobre 2009

Sortie Vétéran

Sortie Vétéran ou comment se débarasser de son beau-pére (voir photos)...

En route pour la grotte de Capbis ou en compagnie de Guy le beau papa nous allons visité cette belle rivière calcifiée. Grotte magnifique et sans beigne cul tant il fait sec. Guy s' en sort comme un chef et se faufile telle une anguille au travers des étroitures. Ensuite que du bonheur pour les yeux jusqu' au siphon. En plus dehors nous avons la rivière pour laver les combis.

Miguel.

mercredi 28 octobre 2009

La Tute se traversera t'elle?

Jean-Luc Lacrampe et moi même partons passer une petite aprés midi de désob à la Tute pour ouvrir (du moins tenter) une seconde entrée. L' endroit est toujours impressionant des mètres cubes de cailloux en équilibre au dessus de notre tête et nous qui creusons en dessous. Mais bon que l'on se rassure nous somme à Lourdes alors prions. Le travail est fastidieux mais rapide, la plupart des cailloux sont modestes et se manipule facilement. Nous creusons un trou de 2 m de diamètre sur presque deux mètres de profondeur!
Toujours pas de pleine roche ni de courant d' air pourtant nous devons vraiment pas être loin de la vérité. Il faudra le prochain coup deux personnes de plus pour placer une Arva et nous guider encore plus précisement et il est certain que ces deux spéléos feront la première traversée de la Tute Murguette... A suivre.

Miguel

dimanche 25 octobre 2009

Initiation Plongée au Pont d'Enfer

Ce dimanche Olivier Lacroix m'a amené fraie une plongée d'initiation au pont d'enfer à là sortie d'Eaux Chaudes en vallée d'Ossau. Nous sommes arrivés sur le site qui est une résurgence , en fin de matinée. Nous avons acheminé notre matériel à côté siphon et après un rapide casse-croute nous nous sommes équipés et avons chargé nos blocs sur le dos. C'est parti pour ma première plongée.

Olivier passe le premier puis je le rejoins. Une fois arrivé à lui à -3m nous procédons à un échange de détendeur . Ensuite je passe devant et je suis le fil d'Ariane en tenant un flash déporté pour qu'Olivier prenne des photos. Après 50m de galerie immergée et une descente de -9m nous remontons vers la sortie du siphon pour continuer notre visite.

Une fois sortis du siphon nous déposons nos bouteilles et continuons à pied dans une rivière souterraine jusqu'à arriver à un autre siphon. Nous passons ce siphon en apnée car il ne fait que 4m de long et nous débouchons après 20m de galerie sur une cascade de 10m de haut où nous avons pris de superbes photos.
Vient ensuite le retour qui c'est fait par le même chemin.
Pour ma première plongée tout c'est bien passé. Cette plongée était vraiment bien et j'espère pouvoir en faire d'autres.

Un grand merci à Olivier Lacroix pour m'avoir fait découvrir la plongée souterraine.

David Marque

Vidéos:


Toutes les vidéos...

vendredi 23 octobre 2009

sortie aux Castagnets

Sortie désob puis visite des Castagnets.

Nous somme sept aujourd’hui mon collègue Hervé et cinq jeunes (Nico, Christophe, Réda, Valentin, Alex). Tout d’abord en fin de matinée nous allons à la Tute Murguette bouger quelques cailloux. L’éboulie est instable et c’est avec prudence qu’il faut dégager pierre par pierre le secteur. A tout moment par mégarde on peu se prendre quelques mètres cube de cailloux sur la tête. Comme le temps est incertain nous partons passer l’après midi à la grotte des Castagnets.
Visite sympathique ou avec ma nouvelle lampe nous pouvons profiter d’un éclairage conséquent qui nous permet de voir en détail les salles et plafond de la grotte. Nous poussons jusqu’ à la fin des Boyaux avant la diaclase terminale. Le groupe avance rapidement que ce soit à l’aller qu’au retour ce qui nous permet de pousser plus loin nos investigations. Par contre Réda et Alexandre de vrais blagueur ne peuvent s’empêcher de se titiller de se quereller jusqu’ à nous épuiser moralement ! Rien n’y fait ils vont finir par faire cailler le lait aux chauves-souris.

Miguel

lundi 19 octobre 2009

Gouffre du Degaudez - Ariège

Je débarque chez Simon en Haute Garonne le dimanche soir. On va faire les kits le lendemain matin, on n’est pas pressé… Choix du creux, 10’ d’approche, -200m, parfait…Préparation des kits, on en a trois dont deux kits d’équipement.
Direction St Girons puis on monte dans les bois par une piste. On trouve assez facilement le trou pointé sur la carte IGN.
Je commence à équiper, vide mon kit puis c’est au tour de Simon. On voit pleins de chauves souris, des murins. Il y a de nombreux spits plantés un peu partout et dans le puits du dentifrice, plusieurs lignes sont possibles… Il s’agit d’un puits partiellement bouché par de gros blocs suspendus.
Méandre, puits et vire horizontale dans laquelle il ne faut pas louper l’entrée d’un méandre sec et poussiéreux sur le gauche qui permet d’aller un peu plus loin et d’enchaîner sur 3 autres puits…
Arrivés en bas, on fait demi tour après s’être un peu promenés dans le méandre pas grandiose.
On remonte, on rentre.

Laurent

Plus d'infos sur la cavité:

Fiche 1
Fiche 2

dimanche 18 octobre 2009

Ecole de Spéléo : Grotte des Castagnets

C'était aujourd'hui la première sortie sous terre de la rentrée après une journée falaise fin Septembre... Ce ne sont pas moins de 5 nouveaux que l'école de Spéléo accueille aujourd'hui, pour aller visiter la très jolie grotte des Castagnets...

Comme d'habitude, le rendez vous habituel sur la place de Saint Pé de Bigorre, réunit l'équipe dominicale. Direction le bas de la montagne de Saint Pé. Durant la marche d'approche, nous pouvons observer quelques belles dolines dans les près, signe de réseaux souterrains. Nous allons faire aujourd'hui une petite traversée, qui a été ouverte il y a peu par le club des Aquas-Terrestres. C'est l'occasion de discuter de la technique utilisée pour ouvrir cette nouvelle entrée avec des ARVAs.

Puis direction vers l'entrée supérieur de la grotte pour pénétrer sous terre par un puits de 6m. Petite révision du déplacement sur la ligne de vie, puis mise en place du descendeur et enfin la descente. En bas on découvre pourquoi la grotte s'appelle les Castagnets, en effet nous trouvons une multitude de bogues de Châtaignes...

Nous trouvons rapidement un lieu idéal pour le pic nique, sur le haut d'un énorme remplissage d'argile qui fait la joie des sculpteurs en herbe. Ah le repas, un moment tant attendus par nos petits ventres sur pattes... Au loin, une lumière surgit, c'est Jean Luc qui nous rejoins, pour finir la visite avec nous...

Après mangé, nous remontons vers l'amont de la grotte, pour arriver à un petit boyau étroit. Nouvelle expérience pour certains, position du ver de terre... Nous arrivons au bout de la grotte, le réseau continue mais c'est assez étroit, donc on s'arrête là...

Retour sur nos pas pour se diriger vers la nouvelle sortie. Au passage, nous nous arrêtons pour observer de très jolies concrétions. Nous suivons ensuite un beau méandre creusé par l'ancienne rivière souterraine qui a donné naissance à cette cavité.

Enfin, nous arrivons à la montée finale qui débouche sur une petite salle ou nous pouvons voir la lumière du jour. Dans cette petite salle, nous sommes au pays des araignées des cavernes.Personne n'a peur, à part Geneu qui nous pousse un petit cris de frayeur, elle devait être grosse celle-là...

Nous sortons sous le soleil, c'est bien agréable. A la voiture, c'est un gouter digne de ce nom que nous offre Chrystelle, un vrai plaisir...



Merci à tous pour ce beau Dimanche... Et spécialement à Jean Luc et Laurent pour le coup de main...

FiFyE

Les Photos:

samedi 17 octobre 2009

Désob au trou du Fou - ça passe !!!

Encore une petite session au Trou du Fou pour filer un coup de main au GSHP, avec une bonne équipe de 8... La dernière visite de Bubu et du Mass était sans équivoque : ça risque de passer !!!
Et bien après plus d'une centaine de seaux sortis, à 16h30 le verdict tombe, on est au dessus d'un puits de 3m, il faut élargir pour passer... Après une petite séance de massette, ça s'élargit un peu, tout le monde est motivé pour revenir le lendemain, mais David et moi décidons de forcer l'étroiture pour descendre, et ça passe... on désescalade le puits de 3m pour arriver dans une grosse marmite bouché... La suite descend dans un petit trou d'où provient le courant d'air. Il va falloir continuer à agrandir... Pour aller voir plus loin...

Les photos:

vendredi 16 octobre 2009

La Pale

Première sortie sous terre !

En route pour les grottes de la Pale avec ce nouveau groupe de l’année. Après trois journées en falaise ils leurs tardent à tous de piétiner l’argile. Nous partons à l’heure et les jeunes mangent rapidement, tous le monde s’équipent et en avant vers l’aventure. Mon nouvel éclairage performent permet d’éclairer les gros volumes se qui facilite l’observation et les explications morphologiques que je leur donne. Quelque appréhension au départ pour Daniel qui passe très vite. Nous observons les griffades d’Ours, remontons des cordes à nœud, glissons sur des pentes argileuse tout ceci dans la bonne humeur. Le cadre de la grotte, le milieu oblige les jeunes à respecter les règles de sécurité, à maitriser leur comportement qui souvent puéril peut les mettre en danger. Tout n’est pas parfait mais pour une première sortie ils s’en sortent plutôt pas mal. Le groupe est plus « dissipé » que l’an dernier, mais plus motivé par l’activité. Ils ressortent heureux par l’entrée la plus étroite, bien conscient de notre créneaux horaire ils courront tous jusqu’ au camion. Comme il y a une sortie ESB ce Week-end nous ne pouvons garder le matériel pour le laver, alors nous allons le déposer au local. Malgré cela et grâce au groupe nous somme à l’ avance pour les transports.

Pour la semaine prochaine s’il pleut nous irons au Coumate et s’il fait beau nous nous attaquerons à la désobstruction de la future entrée de la Tutte. A huit nous avons des bras et la trémie va en subir les conséquences…

A oui nous étions deux Adultes (Hervé et Miguel) et six jeunes (Nico, Christophe, Daniel, Valentin, Alex, Réda).

mercredi 14 octobre 2009

Traversée à la Tute, en route

Salut,

Comme prévu nous somme allé repérer une nouvelle entrée à ouvrir à la Tute Murguette. Nous nous somme retrouver au parking de chez Renault Lourdes tous le monde est là, Nico B, Jean Luc L, Laurent G et ses enfants, Miguel. A pars une blessure à la main que je me suis fait la veille j’ai la forme. J’équipe le puits d’entrée et avec Jean Luc nous partons à toutes pompe vers le font .Nous laissons notre matériels de progressions nous n’en aurons plus besoins.... Cette cavité est vraiment sympathique et pleine de surprise, avec notre rythme soutenu nous transpirons un peu. Tout d’ un coup je m’arrête devant un ressaut ! Cela me revient maintenant il faut équiper une Main courante au dessus de ce P5 ! J’ai parcouru des dizaines de fois cette cavité mais il y a 5 ans et je n’ai pas de mémoire pour ça ! Heureusement nous avons un bout de nouille en bas du puits d’entrée, il ne reste plus qu’à aller la chercher.
Je repars en courant aller-retour et pour le coup je transpire pour de bon, d’autant plus que je sors de deux heures de match de foot. Nous passons le gicleur et la salle blanche, vite l’équipe de surface composée de Nico et Laurent doivent s’impatienter ! Nous voilà dans le boyau terminal cela devient étroit pour Jean-Luc qui me laisse sa place. Je rampe avec l’arva le plus loin possible pendant que J-L communique en surface avec des Talkies-walkies. Nous somme tellement proche de la surface que cela fonctionne !
J’arrive au bout de la conduite forcé qui se termine sur une trémie bien propre, j’entends très bien Nico et Laurent bouger les cailloux. L’arva marque 4 mètres, il n’y a plus cas… Nous ressortons repérer l’endroit de la désob à venir qui se trouve logiquement dans un talweg recouvert d’un bel éboulis. Du bon boulot en perspective. Nous somme très motivé bientôt une troisième traversée ouverte par les Aquaterrestres.
Maintenant le timing est serré, j’ai 30mn pour rentrer chez moi, prendre une douche récupérer ma fille et partir chez le docteur pour me faire soigner la main. A la spéléo…

Miguel

vendredi 9 octobre 2009

Sortie jeune de l'ITEP

Entrainement falaise

Encore une sortie pour voir et revoir les techniques de base de progression sur corde. Nous somme six, Miguel, Réda, Alex, Valentin, Nico, Christophe, il manque Daniel et Hervé.
La sortie précédente de l’ESB à un peu déréglé et modifié la disposition des baudriers (chacun ses habitudes), il n’en faut pas plus pour troubler nos jeunes débutant qui passerons une bonne demi-heure pour s’équiper.
On commence par la progression sur MC puis la mise en place du descendeur. La plupart des jeunes on bien retenu les manips. Réda montre beaucoup d’appréhension mais malgré cela il ne s’en sort pas trop mal à la descente. Nico a beaucoup oublié depuis l’an dernier il contrôle mal la descente et la cordes de contre assurance est la bien venue car il lâche souvent complètement le descendeur…
Nous voyons pour la première fois la remonté sur bloqueur, que tout le monde assimile bien, seul Christophe montera suffisamment haut pour se rajouter la difficulté d’enlever le croll plein vide. Ensuite nous revoyons le passage d’une déviation sans difficulté majeure.
Il est déjà l’heure et nous devons rentrer à toute pompe pour ne pas retarder les transports. Notre créneaux horaires et de 12h00 à 16h00, seulement 4h00 avec repas et transport pour faire connaître notre activité. Cela rajoute une contrainte horaire à gérer mais je trouve cela très instructif et aussi intéressent.


Miguel

dimanche 4 octobre 2009

Désob au trou du Fou

Petite journée désob au trou du fou, pour filer un coup de main au GSHP... La météo formidable, la vue superbe, et la désob facile. Bon il faut être au moins 8, car le chantier descend pas mal, on doit être à presque 7m... Et ça continue !!!

FiFyE

Les Photos:

vendredi 2 octobre 2009

Désob vers le col d'Andorre

Cela fait quelques temps que Jean Luc du SNEC a trouvé un trou sur le bord de la piste qui monte au col d'Andorre. C'est vrai que le courant d'air était alléchant. L'entrée agrandie, nous avions un ressaut de 4m qui se désescalade sans difficulté, pour arriver sur une inter-strate impénétrable, car bouché par des blocs et du concrétionement. Et bien, après quelques séances de désob avec l'aide de l'autre Jean Luc ( des Aquas ) et moi même, aujourd'hui, nous sommes passés, à l'ancienne, marteau, burin, decanilleur, et éclateur de roche... On tombe sur un ressaut de 3m, puis un autre de 2m s'enchaine pour pincer dans l'inter-strate, le courant d'air ( moins fort aujourd'hui ) semble venir d'un petit trou, qu'il faudra agrandir. Sinon, au niveau d'un palier, un autre trou de grande taille descend sur 1m, mais ne donne rien car bouché par du remplissage, qu'il faudra aussi creuser pour voir...

Donc affaire à suivre...

FiFyE

Les Photos:

vendredi 25 septembre 2009

Sortie Falaise avec les Jeunes de l'ITEP

Entrainement falaise

Nous sommes huit : Hervé, Miguel, Thomas, Alex, Valentin, Christophe, Réda, Daniel. Arrivé sur place nous rencontrons Memel, Isa et Vinvin qui forme des personnes aux travaux acrobatiques.
Pendant que j’installe une corde de progression côté droit du site, les jeunes mangent puis s’équipe avec l’aide d’Isa. Elle a une très bonne approche des jeunes et le courant passera très bien. Du coup je n’ai pas le temps de me restaurer, tant pis, au boulot.
Nous partons sur la pente en forêt pour installer une corde ou chacun installera le descendeur avec demi-clé et clé puis descendra sur une dizaine de mètre. J’installe ensuite une déviation un peu pénible pour que tous les jeunes puissent s’exercer.
Maintenant ils sont prêts pour la falaise, nous passons dans une longue MC de vingt mètres ou nous manipulons constamment les longes. La suite une dizaines de mètres de descente avec déviation.
Tout le monde heureux de l’après midi nous nous dirigeons vers le camion pour rentrée. C’est toujours sympa de rencontrer les copains sur site, de plus pour les jeunes cela été très instructif de voir évoluer toutes ces personnes sur corde en découvrant un métier qui peut être une passion.
.
Miguel

mercredi 23 septembre 2009

Désob au CA1

Me voilà parti une nouvelle fois au CA1 continuer cette désob prometteuse.
Comme nous avons fait quelques tirs la roche et fissurer. Avec les éclateurs je progresse rapidement en enlevant de sacrée patate. Même seul le travail est impressionnant je creuse un vrais tunnel. Une faible parti du Ca provient de fracture qui recoupe perpendiculairement la principale mais celle-ci sont impénétrable sans grosse désob. Je ne suis plus qu’ a 1m50 de l’obstacle visuel d’où vient le plus gros du CA. Malgré mon éclairage exceptionnel je ne vois toujours pas une suite évidente pourtant le CA est impressionnant. A la prochaine sortie avec quelques tirs on saura ou nous en somme enfin après deux ans d’attente…


Miguel

vendredi 18 septembre 2009

Sortie Falaise avec les jeunes de l'ITEP

Entrainement falaise

Nous sommes huit : Hervé, Miguel, Thomas, Alex, Valentin, Christophe, Réda, Daniel. Nous n’avons que deux heures d’activités, j’en profite pour montrer aux jeunes l’équipement complet du spéléologue. Nous verrons l’emplacement de chaque agrès sur le baudrier. La façon de le mettre et de l’enlever, de positionner le descendeur…
Chaque jeunes jeune s’équipera en s’entraident quant ils le peuvent. On aura de bonne dose de fou rire avec Réda qui comprend vite en expliquent deux heures de temps…

Miguel

mercredi 16 septembre 2009

Désob au CA1

Me voilà parti une nouvelle fois au CA1 continuer cette désob prometteuse.
Comme nous avons fait quelques tirs la roche et fissurer. Mon objectif est de récupérer les éclateurs coincés et de continuer la désob. Je commence à choper le coup de main, je récupère les éclateurs en progressant rapidement. J’agrandis correctement le secteur pour pouvoir aller plus en avant la prochaine fois. J’avance tout de même de quelques mètres, je suis fourbu mais heureux du travail accompli. Je finirais par l’avoir se trou…

Miguel

dimanche 9 août 2009

H144 - Pierre Saint Martin

Je suis parti avec Olivier Lacroix au fond du H144 dans le massif de La Pierre St Martin. Ce trou exploré par le GESA de Bordeaux fait -409m et se termine sur un siphon. J'accompagne donc Olivier au fond de ce trou pour qu'il y effectue une plongée de reconnaissance, deux membres du GESA sont avec nous.

Le samedi après un passage au Chalet de l'ARSIP nous allons sur la zone d'exploration du GESA où nous ne trouvons personne car tout le monde est dans le H144 finalement après le repas du soir en allant nous coucher nous rencontrons l'équipe qui a équipé le trou. Il nous apprennent qu'il manque 100m à équiper.

Le dimanche je brûle de rentrer dans ce trou et c'est ce que nous faisons sur les coups de 10 heures. Après deux petits puits nous passons une trémie et là c'est un P 230 qui nous attend, en bas de ce puits l'équipement s'arrête, un des membres du GESA Jean Laurent le reprend jusqu'à ce que nous arrivons sur des passages plus étroits où Olivier prend le relais. Après quelques passages étroits nous parvenons au pied d'un puits parallèle qui avait servi à l'exploration du trou, viennent ensuite quelques mètres de méandre deux petits puits et la salle dans laquelle se trouve le siphon qu' Olivier doit plonger.

Olivier s'équipe pendant que nous mangeons il plonge et nous dis que cela ne donnera pas grand chose seulement nous sentons un peut de courant d'air et décidons de le suivre avec Erwan un autre membre du GESA. Après avoir sorti un caillou nous empêchant de passer une étroiture nous nous faufilons dedans mais au bout de 5 mètres ca se ressert et la progression devient impossible. Nous avons quand même fait nos 5 mètres de première. Après un petit casse croûte nous attaquons la remontée sans déséquipement. Tout se passe bien jusqu'à à peut prés -200 mètres où Jean Laurent accuse le coup je le déleste alors d'un peu de poids mais rien a faire. Nous prendrons donc plus de temps pour remonter. Le P 230 était super à descendre mais à remonter avec deux kits sans pantin et avec seulement une pédale un peut plus dur. Nous sommes finalement sortis à 00h45. Cette sortie m'a beaucoup plus, c'était ma 5éme sortie spéléo et la première fois que je remontais 409 mètres à la corde. J'espère pouvoir continuer à prendre part aux explorations qui se font sur la Pierre St Martin.

David Marque

mercredi 5 août 2009

Retour au CA1, deux ans aprés...

Nous voilà, de retour dans ma vallée à quelques minutes de la maison pour s’attaquer de nouveau au CA1. Se trou qui se trouve en bord de route sans marche d’approche et on peut même faire un barbecue à la maison pendant que les accus recharge !!!
C’est incroyable comment se trou souffle je l’avais oublié, mais que peut il bien se cacher sous se massif inexploré ? Le CA1 fait face au CO2 et CO5 il n’en est que la continuité tronqué par la vallée de l’Oussouet (voir article les cavités oubliées). Cela laisse envisager d’aussi belle et spacieuse galerie avec un potentiel bien plus grand.

Dire qu’au début l’entrée ne faisait que 10cm de large. Il reste encore beaucoup de travail alors on s’y colle Alexandre et moi, nous somme rodé avec le Jacqueline. On perce, on tire et on déblaye le train-train habituel. Rapidement on se frotte à quelques difficultés la fracture principale et recoupé horizontalement tous les 30 cm par des bancs de strate agrandie par dissolution. Souvent alors les perçages traversent dans ces fissures ou font coup de canon. Par contre le calcaire et très compact et de directions opposées à ce que l’on casse tant qu’à faire. Souvent je perce dans le vide et nous n’avançons pas. Nous essaierons même les éclateurs qui finiront par se coincer eux même. Il ne reste plus que le marteau burin entre chaque tir pour déliter feuille par feuille se passage délicats.

Nous avançons tout de même finalement pas mal vue les photos, en plus derrière cela s’agrandit sur deux mètres. Il faudra encore agrandir sur 1 mètre pour jonctionner une belle arrivée horizontale. Seul l’appareil photo nous révèle sa configuration… Au propice de cette élargissement il faudra encore agrandir pour passer sous la coulée de calcite pour voir ? Il faudra aussi déterminer d’ ou provient le courant d’air, une bonne journée de travaux encore. Ensuite tout peut arriver à tous moment comme au Jacqueline. Certes on ne fait que quelques mètres de première pour l’instant mais réfléchissez à se que représente quelques millimètres qui délivre un sacre olympique…

Miguel le désobeur fou


lundi 27 juillet 2009

Cascades du CUQ CREMAIL

Je viens de laisser ma petite fleur à sa mamie se qui me permet enfin d’aller prospecter peut être un futur canyon repéré il y a deux ans ! En effet en randonnée avec Isabelle nous avions aperçu au loin une cascade d’une cinquantaine de mètres de toute beauté. Celle-ci inconnue car situé dans une vallée encore inexploré en spéléo/canyon, la vallée de L’Oussouet.
Ce jour là nous avions modifié notre itinéraire pour nous rendre à son pied, quel ne fut pas notre surprise découvrant un cassé de 25 mètres plein vide suivi de 25 nouveau mètres sur un toboggan végétal ou l’eau difflue en dizaine de filet des plus jolies. Ce jour là le haut étant inaccessible nous en resterons là.

Il pleut averse alors qu’hier je bronzais à la piscine quelle panade, la visibilité est réduite à quelques mètres. Je suis limite d’abandonner mais l’envie d’en découdre avec ces cascades est plus forte. Je gare la voiture au départ du chemin 700m alt qui mène au grand cassé. Dés le départ ça monte dru, et je ramasse en passant quelques dizaines de jolie ceps, je n’aurais pas tout perdu. Vers 800m d’altitude je laisse la sente de droite qui amène au bas de la C50 pour essayer de trouver un accès au départ des cascades. Rapidement le sentier se perd et je suis donc obliger de continuer comme je peu avec une pente qui se relève et une visibilité de quelques mètres. J’essaye de rejoindre la ligne de crête sans trop m’éloigner de la bonne direction mais cela met extrêmement difficile. Par endroit il ne faut pas tomber et je suis vraiment obligé de faire un grand détour. Il est l’heure de manger heureusement que je trouve une palombière sommaire pour m’abriter…

Enfin le plafond se lève un peu et je commence à mieux me situer. A force de monter environs 1000m je croise quelques sentes qui me permettent de reprendre la bonne direction. Malheureusement aucunes d’ entre elle ne se poursuive. Enfin je croise un large chemin qui me conduit au départ d’un ruisseau le bon ou un affluent Alt 1046m ?
Plus de paramètre me laisse penser que je suis sur le bon alors je commence la descente. Le départ débute par plus de 350 m de marche aquatique avec parfois des parois de +ou-15m sur les côtés. Les vasques sont colonisées par de nombreux tritons que je prends soin d’éviter. Enfin un premier cassé Alt 920m (C 2.5m arbre rive droite + C 15m arbre rive droite). Ensuite un toboggan fait suite Alt 882m (T15m arbre rive gauche puis Alt 865 T 12m arbre rive gauche) et enfin le grand cassé Alt 858m (C50 arbre rive droite). Le ruisseau est encombré de nombres gros arbres tombés lors de la tempête, les cascades peuvent toute s’éviter sauf la dernière bien attendu.
Cette parti manque quelques peu de cassé heureusement que la dernière C50 est de toute beauté (photo prise de très loin). La parti que j’ai exploré se situe entre 1046m et 806m il reste encore la partie de 1268m à 1046m à explorer pour être sur de la pertinence ou pas d’aller plus loin dans nos investigations. Le sentier le plus approprié et celui de la fontaine sulfureuse qui nous amène sur les crêtes du bois de Courbet jusqu’ à sont sommet 1325m et ensuite par le sentier rejoindre le départ à 1268m. Il faut s’avoir que la moitié des cheminements se fait hors sentier …
Il faudra donc qui j’y retourne pour faire le départ et la photo de la C50 au printemps époque la plus en eau pour la descente et la beauté du site.

Miguel

vendredi 24 juillet 2009

Jacqueline s'agrandit...

L’objectif de la journée était de rendre Jacqueline un peu plus vivable, plus large. Nous voilà donc parti à trois, Alexandre B, Jean Luc L Michel B les kits bien remplient. Nous commençons par nettoyer le haut du R4 des blocs entreposés. Ensuite nous agrandissons le départ en grattant le sédiment. Puis nous effectuons un double tir histoire de gagner quelques centimètres de large, le résultat sera parfait, un vrais boulevard pour moi, un peu moins pour les copains…
Alexandre en profitera pour parfaire sa technique de sortie de puits technique en étroiture horizontale. Il s’amusera même à faire des conversions comme si le trou n’était pas assez fatigant, on ne l’arrêtera jamais !
En avant pour le bas du R4 ou j’effectue une autre séance de désobstruction pour éviter de s’enlever le baudrier. Maintenant je passe avec tout le matos plus l’appareil photo dans la poche. L’étroiture est aussi au gabarit du seau pour les déblais. Il est vrais qu’un petit tir supplémentaire rendrait la chose parfaite mais on verra plus tard suivant la suite à venir…
Allez maintenant en route pour une chaine improvisée pour évacuer les blocs tombaient de tout ces travaux. Le coin est maintenant plus propre, je recommence donc mon travail de perforation pour agrandir l’étroiture ou j’avais longuement bataillé la dernière fois. Un des tirs est parfait l’autre n’a fait que fendre la roche, mais comme ça passe très bien pour l’ instant on en reste là.
Me revoilà au terminus physique de la dernière fois mais à deux mètres du terminus visuel. Comme il est déjà presque l’heure je vide le dernier accu en préparant l’agrandissement de la suite. Le marteau burin est aussi très efficace.
Voilà il restera le prochain coup à stocker et évacuer des blocs, faire cinq doubles tirs, gratter les sédiments au sol et voir la suite…

Miguel

lundi 20 juillet 2009

ESB à la Pale

Sortie ESB à la Pale

Nous voilà partis seulement à trois mon amie collègue qui ma accompagné pendant les sorties d’ITEP en camp et son fils de sept ans, les autres jeunes étant sous le soleil dans d’autre horizon. Nous rencontrons Nicolas B en voiture en évitant de peu le froissement de tôle !!!
Nous rentrons sous terre avec le circuit que j’ai l’habitude de faire. Nous allons jusqu’ à la salle des griffades en les observant puis nous passons devant la bauge à ours. En route ensuite vers le boyau jusqu’ au R3 que j’équipe d’une échelle. Robin écoute mes explications, lui il n’éprouve aucune difficulté dans les passages étroits. Nous nous dirigeons vers la salle du lac qui cet été est à sec. Il ne reste qu’une épaisse couche de boue. Robin ne se laisse pas tenté par le toboggan alors nous en profitons pour faire le tour de la salle par une vire et un R3 qui surplombe le P5. Comme nous ne somme pas fatigué et que cela nous amuse beaucoup nous nous engageons dans un boyau en hauteur donnant sur une trémie proche de l’extérieur. Dans celui-ci se trouve d’ailleurs un départ donnant sur un puits étroit de 4mètres environs sans CA. Il n’y pas eu beaucoup de trace de passage ici…Bonne sortie sympa en tout petit comité ce qui ma permis de bien visiter cette grotte que je parcoure sans vraiment la connaître.

Miguel

samedi 11 juillet 2009

Initiation au Castagnet

SORTIE CASTAGNET ITEP

Nous voilà parti avec cinq jeunes de l’ITEP de neuf à douze ans en découverte totale du monde souterrain, Estelle, Samantha, Alexandre, Stéphane, Antonio. J’installe une échelle au ressaut de deux mètres de la nouvelle entrée ouverte par nos soins. Malgré cela Estelle pas très rassuré bloque il faudra beaucoup de patience et d’aide pour lui faire passer cette obstacle. Nous descendons maintenant le toboggan qui fait suite, heureusement que j’ai installé une main courante bien utile pour des petits spéléos novices. Estelle est encore apeurée, elle fera la descente sur les fesses ! Enfin la galerie en méandre spacieuse rassure tout le monde. Nous déjeunerons dans les salles concrétionnées en admirant l’œuvre de la nature. Nous en profiterons avec mon collègue Jean-Luc de sensibiliser le groupe au patrimoine naturel du milieu souterrain, de la protection et de la sauvegarde du milieu sensible qu’il contient…
Après le repas Samantha se plaint de violent mal de tête sans doute provoqué par la peur du milieu. Nous continuons notre progression admirant le lapiaz de voute, les aragonites, les remplissages. Nous voilà face à la tyrolienne installé par mes soins, a partir de là Samantha ne veut plus avancée et s’allonge. Le reste du groupe surmontent chacun leur tour la peur du vide et s’élance dans l’inconnue. Estelle bien qu’effrayé se laissera tenté par une traversée accompagné par Jean-Luc (grâce aux interventions répété des autres jeunes qui tentent de la rassurer). Malheureusement elle se coincera un doigt dans le cordage des longes se qui ne la rassurera pas. Après un petit pansement nous repartirons vers la sortie, Samantha et Estelle on déjà fait beaucoup d’effort sur elles même. Les autres jeunes bien que déçu de ne pas continuer accepterons de se diriger vers la sortie. Dans l’ ensemble les jeunes tenues par le cadre souterrain se sont entraidé, on tempéré leurs violences verbale et physique, ils ont respecté le milieu et les règles. Etonnamment par rapport au constatation de l’ESB se sont les filles qui ont eu beaucoup de difficultés à évoluer dans le milieu. Nous remontons le toboggan boue et humide occupé de plus par de gros crapaud et de grosse mouche à viande, que du bonheur ! S’en suivra la remontée du puits de six mètres dans l’ ensemble sans trop de frayeur de la part des jeunes.
Petit Bilan ou les jeunes s’exprimerons chacun leur tour sur leur vécu personnel de l’aventure, leur peur et leur plaisir. Dans l’ensemble ils ont tous apprécié la sortie même si parfois ils ont éprouvé quelques frayeurs. La plupart ont aimé l’environnement, les concrétions, la tyrolienne. La boue, et le vide, la reptation on plutôt effrayé les filles.

Miguel

samedi 4 juillet 2009

La traversée de la Pierre

Je suis aller faire une Traversée de la PSM avec des membres du cds64. Le but de la sortie était de faire de la dépollution et un reéquipement de cette traversée.
8h30 tout le monde est là sauf qu'il pleut, aprés un café chez Burgu et quelques hésitations Mathieu l'organisateur de la traversée nous remet un topo avec les zones que nous avons a rééquiper. Nous sommes trois équipes à partir depuis La Tête Sauvage pour cette traversée. Je me trouve dans l'équipe de tête qui partira finalement en second par manque d'organisation de la part de ses membres. Pour moi c'est ma première traversée, ma cinquième sortie spéléo et l'inauguration du casque que je viens m'offrir et suis impatient de me retrouver sous Terre.
La descente de la Tête Sauvage se passe bien, vient aprés le Grand Canyon et le Tunnel du Vent aprés ces passages aquatiques on se change et nous voilà partis pour les grandes salles, dans l'une d'entre elles nous avons pu voir le tombeau de Loubens où nous avons pris quelques photos. Nous finissons notre taversée dans la fameuse Salle de la Verna ou nous pouvons voir une trace du génie humain un barrage.
Je suis rentré de cette traversée stupéfait et heureux de l'avoir réalisée. J'aurai quand même aimé la faire en prenant mon temps mais à l'image de notre société à des moments j'ai cru qu'il fallait courir!!!
J'espère pouvoir faire d'autres sorties dans ce massif qui je crois a intéressé beaucoup de spéléologues.

David Marque

jeudi 25 juin 2009

Gouffre du Blagnac et son grand puits!

Le 24 Juin le soir:
On se retrouve avec Simon du club sur le maintenant classique parking de la fontaine de l'ours sur la Coume. Préparation des kits et grillades...

Le 25 Juin:
Bastien et Cocs de Luchon nous rejoignent et on décolle. Direction le gouffre du Blagnac via le Barnache. On zone un peu pour trouver le trou qui en fait est assez facile à trouver. Faut suivre les indications du topo du CDS31 jusqu'à trouver une falaise. Quand vous avez la falaise devant vous, faut aller à son extrémité gauche, le trou se trouve à 2-3 mètres de la falaise et est marqué SCB. Le trou souffle fort et froid. Contraste avec l'air chaud de dehors. On rentre vers 11h. Bastien commence à équiper (c'est sa quatrième sortie sous terre!!) suivi de Simon. Je rentre avec Cocs (une des premières fois pour lui aussi mais il est cordiste). Simon enchaîne puis moi quand on arrive à des puits plus gros. 2-3 verticales d'un jet d'une trentaine de mètres. On arrive assez vite en haut du grand puits. Petite main courante et tête de puits en plafond (il y a tout ce qu'il faut). On est directement au dessus des 140m du puits...Simon descend suivi de Bastien et de cocs. Je rentre en dernier. Impressionnant quand on suit la lumière du gars précédent. La lumière descend lentement dans un énorme trou noir jusqu'à disparaître totalement. Ça me fait penser au grand bleu quand le plongeur descend en plongée jusqu'à disparaître au fond de l'eau. Il y a un nœud à passer à -90m et un frac à -110m. La descente dure longtemps à cause du poids de la corde qui empêche de descendre rapidement et le descendre qui chauffe... Au passage de nœud, on se retrouve sur de la 10 et là, cela ne descend plus du tout! Faut donner de la corde, c'est dur de descendre pour nos descendeurs habitués à de la 9. On se retrouve tous en bas, reste à remonter. Combien de temps va t on mettre? Bastien remonte suivi de Bastien, les deux sur la corde. On enchaîne avec Cocs. Je déséquipe en lovant la corde plein vide, j'ai pas envie de remonter 150m de corde dans mon kit...Arrivé en haut, mini trac, et on tire la corde. On a mis une vingtaine de minutes chacun. On enchaîne et on ressort au soleil et au chaud. On a passé une dizaine d'heures sous terre.
Très belle cavité avec un puits grandiose! Encore une belle session.

Laurent

dimanche 14 juin 2009

Le collecteur est encore loin...

JACQUELINE LA FINE…

Nous voilà partis à deux pour cette suite prometteuse le courant d’air en pleine figure. Enthousiaste je découvre le puits aperçu lors de notre découverte. L’équipe précédente à fait du bon travail. Je descends le ressaut en bout de longe ce n’est pas large ! La petite salle est sympa mais surtout salvatrice, ici nous avons de la place. Je passe la prochaine étroiture assez facilement sans quitter le baudrier. Nous voilà face au chantier. Pendant que Fifye installe la ligne je perce les trous. Il nous faudra cinq heures pour agrandir le passage pour me faire juste un passage limite pour passer. Je dois tout quitter et enlever mon casque et faire preuve de calme. La suite n’est pas brillante, horizontale à sol et plafond plat. Il m’est très difficile de voir ou se trouve la suite. On remarque bien le remplissage au sol, ici l’eau à difflué d’où l’étroitesse. Après l’avis de Fifye nous agrandissons le passage le plus logique. Le travail se fait à bout de bras et parfois allongé. Je me prends des éclats en pleine figure et fini même par m’ouvrir le nez. Après une autres heure de travaux de minier j’arrive au péril de mon corps endolori à prendre des photos au travers d’un trou de 10cm de large. Cela continu bonne nouvelle, la suite s’élargie sensiblement mais on ne voit pas ou sera la prochaine continuation…Il y a aussi un départ à droite mais la photo est très difficile à réaliser. En tout cas nous avons encore le courant d’air et la grotte continue. Nous somme dans une configuration très proche du Kamasoutra de la borne 109 dans de nombre domaine. Il y a encore du gros travail de désobstruction. Agrandir l’étroiture d’accès, creuser le remplissage, découper la roche sur deux à trois bon mètres pour y voir plus clair et bien sur évacuer les déblais au travers de deux étroitures jusqu’à la salle. Il faudra être minimum trois personnes, prévoir arnica et décontractant musculaire et une bonne dose de folie !
Pourquoi continuer ? Il ya de forte chance pour que le Jacqueline perte du ruisseau des Broussous soit un drain des aygues du Mélat. Notre suite prend normalement la direction nord-est méandre visible en bas du puits d’entrée de 11m auparavant comblé par du remplissage et déblayé par nos soin. Nous somme dans un nouveau réseau parallèle au départ et commun par l’effondrement de leur parois commune. Il est parcouru par un courant d’air fort et constant, sachant que celui-ci passe par un trou de 10 cm et risque fort de s’accentuer prochainement. Nous somme actuellement à l’altitude aux environs de 505 m proche de celle de la salle JM Haye palier présent dans le réseau connu et de direction N60°. Le système de Mélat serait l’unité de drainage majeure du massif Aptien et de plus un ou plusieurs contacts hydrauliques entre la couche Jurassique et l’Aptien sont possible et le réseau Amont peut s’étendre bien loin sous le massif…


Miguel

vendredi 12 juin 2009

Sortie ITEP à la Hourna

Sortie Grotte de la Hourna

Nous voilà mon collègue Hervé et moi avec trois jeunes de l’ITEP pour une autre sortie initiation. Des l’entrée Hervé ne se sent pas à son aise, il est terrifié par les araignées. Je l’entends gémir et halluciner sur la taille des arachnides. Heureusement le passage est de courte durée. Après un passage ou la technique de l’opposition est de rigueur je les amène au passage dit de « Hervé », laminoir rebaptisé par mes soins sachant l’appréhension de mon collègue pour les étroitures…Tous le monde passe et là je vous livre les commentaires d’Hervé :
« Alors que Miguel est parti depuis longtemps je l’entends encore gesticuler dans le laminoir, l’information qui me vient à l’esprit est la longueur à parcourir ! Déjà que le départ est minuscule interdisant tout demi-tour, nous rampons dans la boue. Je fais marche arrière en regardant s’éloigner la lueur lointaine du casque d’Alexandre. Celui-ci me motive et me demande de venir, je ne peux tout de même rester là. Alors avant qu’il disparaisse je m’élance même si je doit mourir aujourd’hui ».
Moi arrivé dans l’élargissement je m’applique à prendre les photos. J’entends Hervé pousser des râles, jurer que je ne l’y reprendrais plus, la spéléo dit il c’est un sport de malade. Pourquoi donc ? Oui c’est vrais au milieu ça passe juste et par malheur une flaque d’eau à rien trouvée de mieux que de se mettre justement à cette endroit.
Derrière c’est jolie, beaux méandre concrétionner avec excentriques. Bon maintenant il est temps de leur dire qu’il faut repasser au même endroit. Heureusement les rires des jeunes et de moi-même couvrent les spasmes de mon ami(e).Il parait qu’il ne faut pas le (e), quoi que ?
J’arrête de plaisanter nous partons ensuite vers la base du puits d’entrée, méandre en banquette, surcreusé avec quelques passages techniques. Tout le monde a le plaisir de s’initier à l’échelle spéléo pour rejoindre le premier étage ou je leur fait observer un magnifique fossile. Hervé doit de nouveau passer l’épreuve des araignées. Il parait qu’ elles ont le dos rouge, je n’ avais jamais remarqué !

Par contre j' ai remarqué que la grotte aspire encore et avec se que nous avons trouvé il y a fort a parrier que nous allons faire de la première...

Bilan sympathique, les jeunes eux sont vraiment à leur aise, ils sont solidaire et forme une véritable équipe. Ils respectent le lieux les régles et cela tout naturelement. Là ils ne sont pas en situation d' échec ils sont même par moment le maillons fort qui aide l' adulte en difficulté.

vendredi 5 juin 2009

Séjour spéléologique à La Coume du 19 mai au 22 mai.

La Coume, c'est cool !

Le 18 mai le soir:

On se retrouve tous au parking de la fontaine de l'Ours à la Coume: Floriane, du Vercos, Simon du club, Erwann d'un peu partout, Bastien de Haute Garonne, Severine d'Ardèche (qui nous attend depuis deux heures devant le gîte à Labaderque aprés avoir eu une panne d'alternateur et s'être fait une petite frayeur à la montée...) et moi. On décide de la sortie du lendemain. Simon et moi avons une revanche à prendre au Pierre et accessoirement, pourquoi pas, retrouver les as laissés au fond du premier puits cet hiver... On regarde nos topos et on opte pour la traversée Pierre-Barnache. On prépare le matos.

Le 19 mai: Traversée Pierre-Barnache

Florianne, Erwann et moi partons pour le Barnache (qu'on ne connaît pas) tandis que Simon, Severine et Bastien partent pour le Pierre.
De notre coté, on trouve l'entrée du Barnache assez vite (belle entrée). Flo commence l'équipement et tombe assez vite sur un départ de puits étroit. Elle commence à descendre après avoir enlevé pas mal de chose sur son baudard. Sa voix change, c'est étroit à coup sûr. Erwann s'y engage à son tour mais passe la jambe du mauvais coté (la droite et la gauche ne sont pas du même coté quand on est face à face...). Il ne peut plus descendre ni remonter et c'est décidément bien étroit. Il passe quand même mais j'ai bien pensé au mouflage pendant quelques minutes...A mon tour, cette fois, j'ai tout virer y compris le croll. Je passe assez bien, je ne suis pas gros et je bénéficie des explications de ceux qui m'ont précédés...je confirme, c'est étroit. « Etroiture sévère verticale » marquaient ils sur le topo, je me souviens maintenant!!!). On est passé tous les trois et on se dit qu'on espère bien se croiser avec l'autre équipe car on n'a pas trop envie de remonter cette étroiture...Suit d'autres puits avec d'autres étroitures. On manque de cordes plusieurs fois et on bricole pour aller au fond. Je pars plus tard à l'équipement et ne comprend pas car cela ne correspond pas du tout à la fiche d'équipement! On part ensuite sur un méandre pour buter sur un P5 mais on n'a plus de corde. Mais heureusement, en tirant sur la corde précédente, on arrive à descendre ce puits. On continue et on bute sur un siphon, ça y est, on comprend, on est au fond et on a rien à faire là, on a descendu deux puits de trop! On remonte à la main courante précédente et on rejoint la galerie Bugat et entendons les voix de Severine, Simon et Bastien. YES, c'est cool, les traversées, c'est vraiment classe. On est bien content de se retrouver. On s'échange les infos, on leur dit qu'ils ont une bien belle étroiture à remonter. On les préviens qu'ils vont en trouver une un peu dur mais qu'ils ne doivent pas s'emballer, l'étroiture qui les attend, la sévère, c'est celle d'après!!! Simon, me dit « Tu sais quoi? » avec un grand sourire, je lui répond « non! » et lui « Si! », il a retrouvé les As qu'on avait laissé cet hiver!!!
Nous, on poursuit sans problème, les puits s'enchaînent. En haut du P50 « dans lequel il ne faut pas descendre » dixit le topo, Erwann a un kit bien gavé. Il franchit un point de la main courante, un gros bruit sourd dévalle le puits, il rassure Flo, ce n'est pas lui mais un kit!!! La longe du kit du club de Severinne à cédé et le kit est tombé au fond!!! Il ne reste plus que la longe accrochée au baudard d'Erwann! On est claqué, on y retournera demain! On ressort aprés une quinzaine d'heures passées sous terre, première sortie de la semaine. On attend l'autre équipe qui a l'étroiture a passer, Bastien, c'est sa troisième sortie...d'autant, qu'ils n'ont plus le choix, on a deséquipé le Pierre.
L'autre équipe nous rejoint ensuite au parking. « alors, cette étroiture? ». Ca a été du sport, ils ont du vider les kits pour les faire passer! On est d'accord, le Barnache, c'e n'est pas le plus crux de la Coume!

Le 20 mai: Opération récupération du kit au fond P50 borgne du Pierre

Erwann, Florianne et moi retournons chercher le kit l'après midi tandis que Simon répond à ses obligations familliales et Bastien à ses obligations professionnelles. On descend le P79 d'entrée puis Flo équipe le P50 avec 3 déviations, elle touche le fond et remonte. Le kit est entier. On ressort.

Le 21 mai: Traversée Raymonde-Duplessys

Cette fois, on va faire une classique. Je suis avec Erwann tandis que Florianne est avec Severinne. Je suis bien content de retourner faire cette traversée que j'avais faite pendant le stage de Thomas à la Coume en Octobre. Cette fois, je la fais dans l'autre sens. On descend les puits nickel avec Erwann jusqu'au sommet du puits Delteil (une corde de trop...) où on attend les filles pour manger. On les attends encore et on se dit, après avoir finalement mangé, qu'on va partir à leur rencontre,quand elles arrivent. Ca fait toujours aussi plaisir de rencontrer l'autre équipe pendant une traversée, et là, c'est deux filles qu'on rencontre, c'est pas tous les jours comme ça en spél! Pause photo avec mon appareil à 10 balles et on remonte cette très belle rivière. Je suis content d'être de nouveau là. Ce n'est pas la peine de se jeter sur toutes les cordes qui remontent dans la rivière car ça passe bien dans certains cas en restant dans le lit de la rivière. On va jeter un coup d'oeil au siphon amont. A la sortie du puit Nède, on est dans une grande salle. Là, on zone un peu avec Erwann, on s'engage même dans un sale méandre qui ne m'inspire rien de bon, il y a de la rubalise partout! Finalement, on retrouve le passage et on ressort nickel. Les filles nous rejoignent au parking, deuxième traversée réussie et bien belle journée encore!!!

Le 22 mai: Traversée Mille-Herétiques.

Cette fois, Simon est avec Florianne et moi avec Erwann encore.
Erwann et moi équipons la rivière du mille qui est bien longue, c'est cool, et bien étroite parfois. On n'a plus de corde, le puit Jolly sera t il équipé? On y arrive enfin et il n'y a pas de corde! Solution, démonter la main courante quand on est à la tête de puits. Simon et Flo la rééquiperont. Pas la peine, ils arrivent et ils ont une corde de rab, nickel! Aprés quelques lancers de cordes infructueux (c'est un P14), on rallonge quelques bouts de dynema et on descend le puit. Ah la dynema... On continue pas des réseaux fossiles, boueux, on peut le dire. On remonte la grande salle du trou du Vent qui porte bien son nom! Et on ressort nickel. Troisième traversée, c'est cool la Coume!
Suivent d'autres aventures aquatiques cette fois en Sierra de Guara!!
Prochain épisode dans le Vercors après la saison...

mercredi 3 juin 2009

Désob au Jacqueline... De la première !!!

Bon on avait hâte de voir le boulot de Miguel, Cécé et Jean Luc L. au Jacqueline. Donc l'équipe fut vite montée, le FiFyE, le ToT, et Isa, en route pour la suite. Les infos qu'on avait, c'était, on est sur un puits très étroit d'environ 5m. A peine arrivé devant le méandre, je suis surpris du boulot qui a été fait par l'équipe précédente, le petit méandre étroit que j'avais trouvé au fond du premier puits est devenu un vrai boulevard...

Alors qu'on pensait que la suite était un face, la suite se passe en dessous, dans une petite alcôve où on peine à se retourner, avec un puits étroit qui plonge. Après un travail harassant , on réussi à bien élargir le ressaut, de quoi mettre une corde et aller voir la suite. On tombe dans une petite salle de 5m sur 3m, assez concrétionné. Au fond de cette sale, il y a une cheminée remontante qui pince au bout de 5m. Sinon la suite se trouve au début de la salle, avec une autre petite étroiture verticale pour descendre d'1m et se retrouver dans une autre alcôve, où un petit conduit part sur 3m et donne sur un autre espace un peu plus large. Malheureusement ce conduit est trop étroit, il va falloir encore agrandir, une séance suffira. La courant d'air vient d'ici.

Dans la salle qu'on a trouvé, de nombreuses traces de remplissage, et aussi des griffades d'un petit rongeur qui a du se faire coincer, dont on a trouvé le squelette plus bas.

Voilà, conclusion, le Jacqueline, ça continue !!!

FiFyE

Les photos:

lundi 1 juin 2009

Canyon du Cassiès

Petit repérage et changement des cordes dans le Canyon du Cassiès, avec le ToT ainsi que David Marret qui encadre un petit groupe du CAF de Lourdes. Toujours aussi esthétique ce canyon, il a pas trop bougé, mis à part quelques arbres en plus. Le niveau d'eau est correct. Bonne petite journée !!!

Les Photos:

jeudi 28 mai 2009

Gouffre Du Bassia ou de la Coume Bère

Date de la sortie : le 28/05/2009
Equipe : Simon B. & Thomas B.
Altitude entrée : 1320m (altimètre Shunto)
T.P.S.T. : 15h
Objectif : équiper la suite de la cavité pour la reprise des explos

« L’entrée gouffre du Bassia »
Photo : Tot le 21/02/2009

Ce matin là, nous sommes à l’entrée du creux dès 8h… forcément à 2, c’est toujours plus rapide le décollage matinale ! Nous sommes tout de même bien chargé (2 kits chacun).
Simon équipe la tête du puits qui mène au 1er fratio ou l’équipement est en fixe jusqu’à la « salle de Pâques » (environ -350). En descendant, nous prenons soin de relever la fiche d’équipement en évaluant les longueurs de cordes.
Il nous faut équiper le dernier obstacle… Le perfo est de sortie pour doubler correctement la tête de puits. Il y a déjà le spit de déviation… c’est t’y pas beau !!
Petit « graillou » en bas de la salle… hum, il y a pas mal de courant d’air par ici ! Nous ne perdons pas de temps et nous continuons notre progression. Nous arrivons dans une petite salle chaotique où la suite continue dans une petite cheminée avec un fort CA. J’y descends avec le perfo en bandoulière et un kit au cul… pas évidant d’arriver à faire du rappel avec de l’ancienne corde de 10mm quand on a les poulies du descendeur taillées pour de la 9mm, en plus c’est étroit ! Il y a des traces de désob mais quasiment pas de spit… Il m’est difficile de planter... alors, je descends au frottement.
Après une autre bonne étroiture descendante, la zone s’élargie et je devine un puits de 15/20m. Je me mets à l’abri pour bosser avec le perfo pendant que Simon me rejoint, pas mal de blocs tombent… cet endroit craint !
J’équipe cet obstacle et je cherche la suite… j’empreinte un méandre et un trou s’ouvre sur un jolie puits où au fond, le bruit d’un actif me donne envie de le rejoindre. Je commence mon repérage « amarrifer »… le perfo s’exprime et voilà un premier spit de posé. J’entame le second, mais Simon me prévient qu’il a trouvé un passage qui mène direct à la base du puits… Bon ok, j’arrive ! Nous perdons le CA…
Nous abandonnons nos kits, la progression ne devient pas très agréable car beaucoup d’aspérités accrochent les combi ! La roche est déchiquetée avec un méandre pas très large… Nous arrivons sur un premier obstacle (environ 6m) que nous désescaladons dans un premier temps en libre.
Puis quelques minutes après nous arrivons près d’un autre ressaut (environ 5m) que je désescalade pour arriver à nouveau au sommet d’un autre petit obstacle… je remonte et nous allons chercher nos kits d’équipement pour quand même protéger les passages. Nous laissons le perfo car nous estimons que la progression est trop délicate. Simon équipe les obstacles avec des AN qu’ils trouvent par ci par là ! Nous espérons que cette progression dans l’actif nous fasse découvrir une jolie rivière… il y a du fil topo partout !
Après 4 ressauts de 5 à 7m, nous arrivons nez à nez avec un siphon que l’actif alimente… le siphon n’est pas très jolie ! L’altimètre donne environ une profondeur de -480m…
Bon, bah nous décidons de remonter en regardant s’il n’y a pas un autre passage. Nous remontons en haut de chaque obstacle toutes les cordes pour qu’elles ne prennent pas les crues.
Au pied de la diaclase (base du P15), nous prospectons un peu histoire de voir… un méandre part de chaque côté et Simon remonte pas mal à gauche pendant que j’ai une envie très pressente. Il revient… ça à l’air intéressant !
Vu l’heure, nous décidons de remonter… la diaclase étroite est assez physique, et Simon à la bonne idée de se faire passer les kits à l’aide de la corde… ça marche plutôt bien !
Une fois à la « salle de Pâques », nous laissons du matos au bivouac très venteux ! Nous nous retrouvons avec 1 kit chacun ce coup là… ils sont bien lourds !
Notre progression dans les puits se passe plutôt bien… même si les puits pleins pots nous font bien mal !
Nous sortons du creux à 23h… bien fatigué, mais content de notre coup ! Il faudra quand même y retourner pour se concentrer sur le méandre du bas de la diaclase.
Soyez prudent dans ce trou car la diaclase « parpine grave » et il faut absolument planter des spits (au moins 4). Les ressauts du fond demandent eux aussi de replanter quelques spits…
Tot,

Cliquez pour agrandir

Perte du CA en bas de la diaclase étroite et instable (P30 + P15)
Au lieu de descendre, un méandre part :
- à droite, méandre remontant, on retrouve l’actif, puis coulée de calcite, arrêt sur blocs avec étroiture…
- à gauche, méandre (environ 50m) avec au bout des blocs : cheminée remontante en pan incliné… et sinon un ressaut de 10m dans les blocs qui débouche sur un autre méandre étroit (changement de direction)… faible CA remontant !!!!


Draperie dans la « salle de Pâques »
Photo : Tot le 21/02/2009

dimanche 24 mai 2009

Déséquipement des Moustalhous

Céline et moi même sommes allés faire les Moustayous. Nous sommes partis à 8h de Tarbes direction St Pé de Bigorre.
Après avoir traversé le gave de Pau nous montons dans un petit vallon boisé que je ne connaissais pas, j'ai donc fait confiance au sens de l'orientation de Céline qui ne nous a pas perdus. Nous nous équipons, commençons la marche d'approche, nous laissons notre repas de midi à la sortie de la traversée car nous avons décidé de commencer par faire la traversée en partant du haut (c’est plus drôle tout de même de descendre et remonter…).

Arrivés a l'entrée du trou on enfile nos baudars et c'est parti. Céline fait le guide et moi le porteur nous effectuons le traversée sans trop d'encombre. A la sortie notre casse dalle nous attend, on mange et c'est reparti en remontant pour déséquiper le trou. Après avoir passé les toboggans, nous manquons le laminoir qui permet de rejoindre la galerie du Lynx. Cette erreur nous permet de découvrir une étroiture qui aboutit sur une salle mais c’est quoi cette salle ?

On retrouve le bon passage, Céline ouvre la marche et moi je déséquipe, quand mon grand kit est rempli de corde on échange. C'est donc à partir des deux derniers puits que je passe devant et que Céline déséquipe. Nous nous sommes bien débrouillés et atteignons la sortie sans problèmes. Arrivés à la voiture nous regardons l'heure et à notre grande surprise il n'est que 14h40. Nous avons donc nettoyés le matos du Gshp pour finir la journée et le notre par la même occasion. Deux Kits c'était un peu léger pour enkiter toute les cordes parce que nous en avons sorti 250 mètres.
Cette sortie m'a bien plu et j'ai fais la connaissance d'une aquaterrestre qui a l'air bien motivée.

David

Bon ben moi au compte-rendu du haut je rajouterai que l’étroiture qui m’a laissé beaucoup de souvenirs est maintenant un boulevard… j’en fus presque triste ! (sourire ironique sur mes lèvres…) Et j’ai tout de même été assez impressionnée par la désob effectuée, c’est du beau boulot ! Pareillement ce fut une sortie super agréable, à refaire…

Céline

jeudi 21 mai 2009

Désob au Jacqueline : On est passé !!!

Il est 17 h00 On descend pour la dernière fois en bas du puits d’entrée, nous n’avons plus d’accu. Tout c’est bien passé une grosse lame qui nous barrer le passage n’est plus qu’un souvenir. Sa passe enfin après une séance de désob manuelle pour extraire des sédiments. Deux sorties au éclateur pour me niquer le poigné avec la masse de titan de Fifye et enfin deux séances de technique de désobstruction efficace qui ne cessent d’être de plus en plus performante. Mais revenons au début de la journée, nous nous retrouvons tous les trois Cécé, Jean Luc L et Miguel au parking de Renault. Nous partons sur St Pé à la recherche de l’amont de Bétharram ou du Mélat…Après une petite marche d’approche nous y somme nous allons pouvoir tester mes nouveaux conditionnements en carton et en 9mm pour percer à 10mm. Je ne suis pas très optimiste la dernière fois la suite n’était pas large. Les tests fonctionnent à merveille et découpe littéralement la roche nous avons trouvé le bon conditionnement. Entre chaque désob (préparation, remonter le p10, attente pour les gaz) il s’écoule 1h00. Nous en faisons 6 de deux jusqu’ a épuisement des accus du perfo. Me voilà devant le passage de Fifye je pense à lui qui bosse à Geu alors que je m’apprête à inventer la suite grâce aux efforts de tous ce qui ont participé. Je vous garantis qu’il fallait y croire car ce n’était vraiment pas large du tout. Alors j’en viens au principal la suite ?

On passe les pieds devant pour se retrouver dans le méandre qui fait 1m de haut pour 1 m de large environs. Le méandre se ferme immédiatement et pour cause un puits s’ouvre en dessous … Le départ est étroit je désob un peut et je lance une pierre, un, trois, cinq, oui 5m au moins car il y a une phase ou le caillou ne touche rien. Certes un petit puits un P5 mais en cloche qui s’élargie et avec tous le CA qui nous appelle… Plus que deux séances pour élargir le sommet du puits et en route pour la suite qui peut être très prometteuse…A suivre

Miguel, Cécé et J.L.L

vendredi 15 mai 2009

Sortie ITEP à la Résistance

Comme il y a pas mal d’absent nous somme quatre deux adultes pour deux jeunes (Nicolas, Alexandre) nous partons faire la boucle de la résistance, nous aurons le temps d’aborder correctement la manipulation des agrées. Nous descendons le toboggan pour arriver au carrefour déjà la manipulation au MC est de rigueur. Tous ces passages équipés rendent la progression attrayante. Nous remontons le ressaut de trois mètres occasions pour expliquer la manipulation du croll et la sortie d’un puits. Nous contemplons ensuite la salle qui y fait suite puis nous montons jusqu’ à la tête du P11. J’en profite pour leur réexpliquer la progression sur MC puis la mise en place d’un descendeur avec demi-clef et clef. Le retour se fait dans la bonne humeur, nous somme tous très satisfait de la demi-journée pleine d’experience.

Miguel

lundi 11 mai 2009

Sortie ITEP au Grotte du Roy

Sortie ITEP au Grotte du Roy

En route pour les grottes du Roy en essayant d’aller le plus loin possible. Nous marchons tranquillement dans la rivière. Tout d’ un coup une forte vibration retentie, un train passe t’il dans la galerie au dessus ? Le temps de comprendre c’est un tremblement de terre. Je me retourne et les deux jeunes qui m’accompagnent, un peu effrayé se replient vers la sortie à toute vitesse soulevant des gerbes d’eau…Mon collègue et amie Hervé 25m en arrière avec un jeune tous juste remis de l’émotion voit au loin de l’eau en effervescence…Il pense avec leur peu de connaissance du massif à une vague de crue due au tremblement et voilà que tous le monde s’échappe comme il peut la trouille au ventre.
Voyant tout ceci je crie à tous le monde de se calmer et de reprendre les esprits. Nous sortons dehors en rigolant pour attendre un peu et mettre des mots sur cet événement. Nous repartons donc sous terre maintenant que la planète c’est calmé. Toutes les chauves-souris volent en tout sens effrayés elles aussi par l’événement tectonique. Ceci nous vaut encore quelques émotions. Dans les boyaux le courant d’air est extrêmement fort, je me rappelle pas qu’il été aussi violant ! La désob du trou du fou y serait elle pour quelque chose ? Il est temps de rentrée nous somme gelé par se vent derrière la nuque. Dehors nous rigolons encore de notre course effrénée vers la sortie…

Miguel

jeudi 7 mai 2009

Initiation Ségnior au Castagnet

Sortie Initiation pour les Séniors

Allez en avant au Castagnet pour emmener mon Beau père qui fête ses soixante dix ans. J’ai jamais pensé à lui proposer il est jamais trop tard. Je place une échelle à la nouvelle entrée ouverte par nous même les AQUAS. La descente un peut glissante se fait avec précaution. Le reste de la balade se fera sans difficulté l’aisance de Guy et parfaite. Nous ferons de nombreuses haltes pour photographier quelques beaux passages. L’échelle est vraiment pratique pour la sortie. Sortie sympathique à renouveler faut penser à l’héritage ! Non je plaisante c’est juste pour le faire rire alors qu’il lit depuis Aix en Provence. J’en profite Bonjours à vous quatre.

Miguel

lundi 4 mai 2009

Désob au Jacqueline... On avance...

Bon le caillou y résiste, mais nous faut pas nous énerver... Mais moi les dingues j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est les Aquas. Au 4 coins d'Saint Pé qu'on va l'retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile...

Alors voila on est passé à la vitesse supérieure, et on l'a cassé l'caillou... Bon on est bientôt passé au niveau de l'élargissement, la prochaine, c'est la bonne !!!

On a eu une bonne vision de la suite, le méandre à l'air de plonger, et on dirait bien que ça étroit... Mais on verra bien, le courant d'air est toujours là...

FiFyE

Les photos:

vendredi 24 avril 2009

Sortie avec l'ITEP à la Grotte de la Pale

le vendredi 24 avril

Nous voilà partis une nouvelle foi dans cette petite grotte d’initiation. Nous pénétrons par la grande entrée, glissons le long des gours à la lueur de nos lampes. Nous voilà à la salle des griffades moment magique ou l’on observe cette empreinte veille du temps de nos lointains ancêtres. Petite escalade jusqu’ à la bauge à ours puis nous nous enfilons en file indienne dans le méandre en conduite forcée cupulé joliment. Les rires fusent il est vrais que se passage est sympathique. Nous voilà à la cordes à nœud ou je contre assure les jeunes avec un mini traction au cas où. Petit gouté sympathique très diététique « une barre Lion » vive le 21 siècle. Je vous parle pas du repas préparé par une cuisine centralisé sur Lourdes, il n’y a pas de miracle, le plus gros est reparti dans un sac poubelle. Petit toboggan et nous voilà dans le laquait ou l’ambiance et la bonne humeur et de rigueur. Nous remontons le long des salles joliment concrétionnées jusqu’à la sortie. Les jeunes sont ravis et nous aussi d’ailleurs, dommage trois d’entre vont nous quitter pour préparer le camp mobylette de juillet. Il n’y a pas encore de camps spéléologie pour le groupe, snif, snif. Nostalgique ils évoquent leurs frustrations en espérant pouvoir continuer l’an prochain. Sur le groupe de 7 jeunes nous allons continué à trois pour l’instant…

Miguel

jeudi 23 avril 2009

Désob Jacqueline... Pas à pas...

Une nouvelle fois dans la Jacqueline, le temps de vider nos 2 accus avec les éclateurs de roche. Bon la roche est dure, on confirme. C'était aussi l'occasion de rencontrer un tout nouveau membre des Aquas, il s'agit de David Marque, qui est très motivé pour sortir et découvrir l'activité.

Alors on a continué à agrandir le début du méandre, mais on avance pas très vite. On voit de mieux en mieux l'élargissement du méandre, il est à porté de main, c'est le cas de le dire, en effet, en glissant le bras dans le méandre, j'ai pris des photos à bout de bras pour essayer de voir la suite... On voit juste que c'est plus large, mais on voit pas trop la suite... Donc le prochain objectif reste cet élargissement pour voir la suite et estimer si ça vaut le coup de continuer à agrandir... Le courant d'air est toujours là, par contre il n'a pas augmenté malgré le beau temps dehors... Donc comme d'hab, à suivre...

FiFyE

Les Photos:

lundi 20 avril 2009

Désob au Jacqueline - Phase 2

Un petit coup de désob au Jacqueline avec le Miguel. C'est aussi l'occaz d'essayer les nouveaux accus de la perfo, et de faire parler les éclateurs de roche. Et bien ça fait du boulot !!!

Bon on a toujours le courant d'air, et on a bien agrandi l'entrée du méandre... On a un visu sur la suite du méandre, le début est étroit sur 2m, ensuite on voit un élargissement, donc le prochain objectif est d'aller jusqu'à cet élargissement pour voir... Sinon le méandre part sur la gauche, mais sur la droite, il y a aussi un départ en laminoir, très étroit, qui a l'air de bien partir, mais sans courant d'air, on verra ça après...

J'ai fait un test avec une camera embarquée pour voir la suite du méandre, mais cela n'a rien donné, pas assez de lumière pour la camera... Dommage !!!


La vidéo:
From Désob Jacqueline - 19 Avril 2009


Les Photos:

lundi 13 avril 2009

Désob au Jacqueline - Phase 1

Tout a commencé après le rassemblement Spéléo à Argelès-Gazost. Les Aquas avait équipé 2 cavités à cette occasion ( Hayau et le Jacqueline ). Laurent avait déséquipé le Hayau, et Jean Luc L. et moi avions déséquipé le Jacqueline. Pendant que Jean Luc déséquipait, je l'attendais en bas du premier puits. Et là en prenant le temps d'observer la cavité, je me disais que c'était bizarre cette configuration d'entrée de cavité. En fait tout le réseau s'est formé dans un puits parallèle à celui de l'entrée, comme si le puits d'entrée originel s'était rebouché, et qu'une nouvelle perte s'était ouverte un peu plus tard, un peu plus loin, pour former l'entrée actuelle. Mais alors toute cette eau devait bien aller quelque part, alors j'ai commencé à retirer des cailloux au fond de la salle d'entrée, pour finalement tomber sur un début de méandre obstrué par du remplissage. En creusant un peu à la main, j'ai réussi à sentir un léger courant d'air. Donc la prochaine désob était trouvé. Après de nombreux coups de fil pour trouver un comparse, personne n'était dispo en ce lundi de Pâques, alors j'y suis allé seul, avec des outils, en prenant soin de prévenir un ami. Après 3h de désob, j'ai bien dégagé le méandre, avec un aperçu sur la suite, un méandre étroit. Le courant d'air vient de là, c'est clair. Prochaine étape, il faut creuser un peu dans le remplissage pour voir si le méandre est plus large en bas.

A suivre ...

FiFyE

Les Photos:

dimanche 29 mars 2009

Première traversée des Moustayous

Ce week-end a eu lieu la première traversée des Moustayous. En effet, la sortie a été ouverte le 18 Mars dernier, et à cette occasion nous avions décidé de proposer cette nouvelle traversée aux membres du CDSC 65. La cavité a été équipé en fixe pour le rassemblement du 4 et 5 Avril 2009 à Argelès-Gazost.

Le Samedi 28 Mars 2009, pour la toute première traversé, il y avait : Jean-Luc F, le ToT, le Redj, Laurent, Olivier et moi. Olivier avait pris son super appareil photo et ses flashs, et il a inauguré cette première avec de belles photos.

Le Dimanche 29 Mars 2009, pour la deuxième édition, il y avait: Bubu, Véro, le Mass, Jean-Luc L, et moi. Quand l'équipement est en place, la traversée dure environs 2h. C'est magnifique, de la belle Spéléo, et quand c'est humide, c'est encore plus beau, ça coule de partout, et on suit une petite rivière.

FiFyE

Les photos:




La vidéo:

samedi 28 mars 2009

Reconnaissance dans la grotte de la Hourna

Reconnaissance dans la grotte de la Hourna

Je pars en solitaire visiter cette grotte dont j’ai la topo depuis très longtemps mais sans la connaître. Ma motivation est de trouver le plus de grotte possible prés de Lourdes pour les sorties des jeunes de l’ITEP. En dix minutes je suis sur les lieux le timing me plait. Je trouve l’entrée très rapidement à deux minutes de la voiture. Par contre j’abandonne le repérage de la deuxième entrée après la visite d’une dizaine de dolines… L’objectif est d’aller sous terre pas de grillé au soleil surtout que j’ai le visage brulé au 2.5 ° après mas rando du we dernier. L’entrée est presque rebouchée par des blaireaux ou renard qui séjournent ici, j’arrangerais ça à ma prochaine visite. L’entrée aspire nettement, après l' étroiture cela s’agrandit correctement et je par visiter la branche de gauche. Après une petite oppos sympathique il faut déjà se remettre à plat ventre. Je suis à deux doigts d’abandonner mais comme cela devrait s’agrandir je poursuis allongé dans quelques flaques de boue, que du bonheur en somme. Enfin je me relève et la surprise belle galerie concrétionnée, des petites excentriques et de très belle colonnes. Cela valais vraiment le coup de forcer se passage étroit. Je reviens au départ pour poursuivre la galerie principale. Un très beau fossile de coquille de 15 cm de large se trouve au plafond, un des plus beaux que j’ai vu ! La galerie s’abaisse rapidement et c’est a plat ventre que je continus jusqu’ à un ressaut. Je n’ai pas trop envi de replanter des spits dans cette position inconfortable alors je pars chercher la galerie qui permet de shunter se passage mais il faudra bien que je revienne. Je la trouve rapidement a proximité du départ de la branche de gauche. Méandre très jolie pas très large mais on reste debout ! J’accède au deuxièmes étages de la cavité large et fort sympathique je repère l’entrée n°2 un beau P10 plein gaz (je suppose car on ne voit pas le jour), il y a une petite galerie intermédiaire. J’essaye aussi de voir ou je me retrouverai en équipent le ressaut de toute à l’heure. Je pars aussi visiter rapidement le dernier étage, méandre avec trace de mise en charge. J’équipe une MC pour les jeunes et je remonte jusqu’ à ce petit puits. Je plante aussi deux spits et équipe ce qui est un toboggan de 2m et un ressaut de 3m. Et voilà une petite boucle sympa pour les jeunes : Visite de la branche de gauche, étroiture, concrétions. Visite du deuxièmes et du troisièmes étages et remonté à l’échelle jusqu’ à la MC. Puis observation du beau fossile sortie sympas avec beaucoup d’attrait, cette grotte est vraiment sympa largement au temps que la résistance. Par contre il s’agit d’une perte qui collecte pas mal je pense qu’il vaut mieux éviter les temps de pluie. Voilà se secteur est à revoir, la grotte pourrai continuer le CA le prouve et le plateau du dessus est un champ de dolines…

Miguel